Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienvenue !






Si vous voulez m'écrire au sujet d'un article de ce blog
ou
m'envoyer un manuscrit


filleke.blog@hotmail.com
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 17:09
on trouve ici un concours un peu particulier

http://labelgiqueseraconte.lalibreblogs.be/archive/2008/12/09/la-belgique-sera-conte.html

Il s'agit de raconter le Royaume Belgique au travers d'un conte.

C'est étrange, n'est-ce pas ? Moi qui adore écrire, raconter des histoires, la Belgique, même en conte, je n'y arrive pas.

Si j'y parviens, je vous le fais savoir.

Et vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Filleke - dans Divague
commenter cet article

commentaires

orlando 29/06/2009 10:15

et puis ça:

Vlaamsitude

Ségolène Royal choque par l'invention du mot "bravitude". LEs critiques vont bon train sur la forme.MAis,on oublie la nuance: Fortitude n'est pas force! ET la "bravitude" n'est pas, ou pas seulement la bravoure.

Je m'étais amusé, naguère à forger le mot "vlaalmsitude," relativement inacceptable, donc nécessaire. Dans mon esprit, il ne désigne pas seulement une appartenance flamande, mais tout un désenchantement que la paronomase soutient par l'évocation de "lassitude". Il y a désenchantement,oui, par rapport à la flamingance ... Et ma vlaamsitude, à moi, l'inévitablement belge car je suis aussi espagnol (enfin, de mère péruvienne et de père pas uvien), ce qui m'a fait grandir, malgré ma nationalité française, s'énonce par ce désenchantement même: Flandre évoque par trop, aujourd'hui,le bruit de botte de l'ancien "Vlaams déblock" au nouveau nom même que ça change rien... Un uniforme imposé à Till l'espiègle (livre écrit en français par un flamand)! Un corset monstrueux à cette liberté picturale de jadis, à cette culture bafouée par ses rejetons mêmes! Le hochepot refusant le melting pot comme de boire un pot avec Memling! Remettons nos épées aux Fourons, que diable! Que les éperons dorment enfin! Paix!

Bedroefheid! Vlaamsitude donc que je porte en tant que fransquillon tout de même, malgré mes ancêtres brugeois, tapissiers flamands ayant quitté la Belgique pour demeurer en république au début du XIXe.s. Désenchantement, Somberheid atténuée, cependant par un calice de Corsendonck que le frontaliérisme m'offre à deux pas.

Mélancolie, nostalgie sans doute.Vlaamsitude assurément!

Une bonne leçon de belge se trouve sur le blog "chronicae bruxellensis"! Eens! Non mais une fois!

orlando 29/06/2009 10:12

Un post de jadis sur la belgique:

MA Belgique: Une trapéziste de Chimay? D'Orval?

A chaque fois que je passe la frontière (souvent en bus, parfois à pied) je retrouve MA Belgique. Qeu ems cousins belges n'y voient pas un colonialisme malveillant: bien que citoyen français, je tretrouve instantanément, à Mons, à Beaumont, une sorte de naïveté digne des Wallons enfants, et ma vieille vlaamsitude fatiguée. C'est aussi mon pays, de lointaine origine, d'appartenance séculaire.En même temps, ça ne lmest pas... ET c'est ce jeu de distance, de familiarité, de tendresse qui crée MA Belgique, l simple déplacement, tel mot ne signifiant pas la même chose à quelques mètres de distances (Gognies-Chaussée ,par exemple, est une ville traversée par une route, qui est la frontière).. Bousigines sur Roc est collé à Bersillies l'Abbaye... Un jeu de tracé de frotnières datant du Traité de Nimègue fait qu'il y a une courbe curieuse: Bousignies devrait se trouver en Belgique et Bersillies en France.Eh bien non: ça fait yin yang sur la carte... Et ça change tout.Et ça ne change rien.

Je ne suis pas autre en Belgique,mais moi-même différemment.Etranger? Vous rigolez? JE ne parviendrit pas à me sentir non-belge tout en restant franchouillard, mais fransquillon! Je me sens double comme après avoir du deux saison Dupont (c'est une bière, mais la deuxième ne prend pas de "d") ou une bonne Moinette, Rodenbach ou Brigand!

PAys invraisemblable, artificiel, tout ce qu'on voudra, MA Belgique demeure alors que ça barde entre vlams débloque (ça s'appelle plus comme ça) et wallon t-en guerre, les épées sont prêtes à sortir des Fourons et les Schield ne sont définitivement pas des Vriend! Je connais les problèmes de ce pays. Je ne l'idéalise pas. MAis je m'y sens bien. Et je regrette mon ancienne maison, sur la frontière.

Peut-être est-ce en moi, une Belgique intérieure me faisant me reconnaître outre quiévrain en miroir de ce que je suis, assez espagnol néanmoins pour être fils de l'ancienne Bourgogne, habitant dans le Nord, tout en pensant à Charles Quinquin (il possédait aussi Reijsel... Euh: Lille où la bière ne se couche jamais) , né à Gand et fils de Jeanne la Folle... LA Belgique doit être fille d'une certaine folie douce que les traités ont ratifiés. Amitieuse Belgique aux affectueuses distances...


Que faire avec tout ça?rien: boire une trappiste!


Avec le souvenir de ce lapsus, de ce baffouillement d'ivrogne, de cette brève de comptoir sublime qui fit commander, un jour à un homme éméché "une (bière de) trapéziste"...

Nos vénérables moines de Scourmont ou d'Orval seraient croquignolets sur un tapèze, efectivement et cela nous changerait des epeutnaerts intégristes!

Ma Belgique! Lontainement Brugeois, je me trouve des nostalgies à la Rodenbach.

- L'écrivain, ou la bière?

- Les deux, mon Capitaine!


Et aussi certaine flamande d'il y a un certain temps qui "once was a true love o'mine"

PPlemoqueur 25/06/2009 00:06

Je ne sais pas si c'est un conte, mais la Belgique, avouez que c'est une drôle d'histoire. Et je pense qu'il y a matière à écrire, car je ne connais pas de pays plus bizarre que la Belgique... Pas de pays plus proche qui soit aussi
lointain. Tenez, par exemple votre belle ville de Liège... je ne connais pas de ville plus mystérieuse, contradictoire
qui a enfanté l'un des plus grands compositeurs,César Franck
et l'un des pires architectes, Vandenhove...
Moi, je trouve qu'il y a matière...