Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Bienvenue !






Si vous voulez m'écrire au sujet d'un article de ce blog
ou
m'envoyer un manuscrit


filleke.blog@hotmail.com
/ / /

 



Lorsque j'ai reçu ce livre, Le Rugbyman nomade (Muddied Oafs) de Richard Beard et que j'en ai commencé la lecture, j'ai eu un mouvement du genre "Nooooon, po possible ! C'est VRAIMENT, REELLEMENT un bouquin sur le rugby !" et d'esquisser le mouvement…, de voir poindre l'intention pas un poil sournoise… de refiler ledit bouquin à zhom parce que bon, hein, moi, le truc des Cinq Nations, je ne connais que de loin. C'est-à-dire qu'à chaque fois, on se rend dans un pub irlandais mon homme – que ça amuse de regarder le match France-Angleterre dans ce genre d'endroit – et moi : lui regarde, moi, je pinte de la Guinness. On ne se refait pas.

 

Sauf que… j'ai continué ma lecture, et je n'ai pas lâché ledit bouquin. De rugby, je ne connais qui que pouic, mais d'écriture, ça, je peux apprécier. Mon homme attendra.

 

Tout d'abord, un ton très particulier qui nous ramène à une certaine réalité des choses mais sans du tout en avoir la platitude, un humour hors-pair, une exactitude et une précision dans le dit… Je suis passée par les "oh" de l'étonnement, les "ah" de l'agréable surprise. J'ai été surprise de certaines idées (Je n'avais jamais, je le jure, pensé la virilité en ces termes), amusée, réjouie par d'autres. La réflexion n'est pas absente. Sans être complètement engagé, l'auteur lance néanmoins des pistes.

Je dois, pour être honnête, admettre que si certaines choses m'ont parues difficilement crédibles – comme le rôle déterminant du rugby dans l'implication du Che, il y a tout de même quelque chose…

 

Nous pouvons lire sur le 4e de couv (et sur le site de l'éditeur)

Le rugby, soit on en a jamais fait, soit on l’a pratiqué jadis, soit on y joue encore. Mais quelque soit votre situation, lectrice ou lecteur qui abordez ce livre pour la première fois, il va vous passionner. Car il n’y est pas seulement question de rugby mais de la vie, telle qu’elle va.

Et j'avoue qu'en lisant la première phrase, j'étais perplexe. Quelle étrange façon d'appréhender les choses. Et puis de l'extension du domaine du rugby à la vie, j'étais un peu sceptique.

 

Et pourtant, et pourtant. Ce qui devrait être mis en valeur par l'éditeur, c'est surtout un ensemble, une façon originale de traiter un sujet, soulignée par une écriture parfaite, concise et juste qui dépasse évidemment le thème, de fait.

 

Mon petit doigt me dit que la traduction de Marie Rennard n'est pas pour rien dans tout ça…

 

Lisez-le. Vous pouvez le trouver sur le site de l'éditeur que je vous renseigne ici.

http://www.champendal.com/article.php?ref=115

Partager cette page

Repost 0
Published by