Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue !






Si vous voulez m'écrire au sujet d'un article de ce blog
ou
m'envoyer un manuscrit


filleke.blog@hotmail.com
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 15:43

C’est un drôle de métier que le métier d’enseignant. On a une tâche tellement importante ! Apprendre aux enfants. Apprentissage mais aussi développement de la personnalité, confiance en soi, liberté de pensée, autonomie… J’en passe et des meilleures.

 

Et malgré tout ça, malgré cette responsabilité énoooorme et pour toutes une série de raison, les enseignants sont critiqués, moqués, et si peu respectés. Le débat est vaste. Moi aussi je me suis déjà retrouvée devant des enseignants qui ne se bougeaient vraiment pas, qui avaient l’air d’être assez peu éduqués, dont la culture se bornait à Bob et Bobette. Mais il faut dire que quand on voit leur salaire – misère, on a pas trop envie de prendre le relai. Et après tout, j’ai déjà vu des chefs d’entreprise qui ne valaient pas mieux. OK, je ne leur confiais pas mes mômes…

 

Et pi, les paresseux, là, qu’ont tant et tant de vacances ! C’est pas faux. C’est pas tout à fait vrai non plus. J’en connais aussi qui passent leurs weekends à préparer leurs cours.

 

Honnêtement, pour résumer, je pense que la fonction mériterait d’être requalifiée. Faisons-les étudier plus longtemps, tiens. Puis, travailler plus. (Un peu, hein…) Et dans la foulée, respectons-les ! Et payons-les mieux !

Mais faut croire que c’est pas si simple.

 

Deux choses, de ma part. D’abord, merci à Mme Dominique et Mme Stéphanie, les institutrices de Minipouce et qui sont excellentes ! Merci, vraiment !

 

Et ensuite, pour tous les idéalistes qui font ce métier, je leur conseille de tout cœur la lecture d’un petit bouquin paru chez un éditeur que je connais bien. ME Théâtre, « Enseignant malgré tout ».

Parce que ce métier, on le fait avec passion. Et qu’ « ensemble, on est plus forts », dit l’auteur.

Moi, en tant que parent, j’ai appris des tas de choses. ;-)

 

Description chez l’éditeur, ici :

http://www.edipro.eu/Enseignant_malgretout_description.htm

 

Repost 0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 09:35
Minipouce est française ces jours-ci. Enfin, elle est française tout le temps, mais elle profite pour le moment de la chaleur du Sud et de l’affection de ses grands-parents.

Mais qu’est-ce qu’elle me manque. Conversation téléphonique du matin, enfin. On ne s’était plus parlé depuis dimanche. Je vais bien, je m’amuse tout plein, j’ai faut du vrai poney qui s’appelle Pénélope et qui crache par terre quand elle mange, je suis allée à la piscine et tu sais, je nage toute seule maintenant ! Sourires du cœur.

Puis la voix se brouille un peu. Mamaaaan, dis… ça fait longtemps que je ne suis pas à la maison, heinnnnnnnn… Il est temps de clôturer avec des câlins tout plein, je t’embrasse ma grande, sûr tu me manques mais tu seras bientôt revenue.

Allez zou, haut les cœurs, les filles sont des braves. Et la grand-mère de reprendre le téléphone. Il est temps, plus longtemps, ce serait trop dur pour les deux cœurs, le petit qui apprend à grandir, et le grand cœur d’artichaut, le mien, qui sait que même quand on est grand, de toutes petites absences peuvent déjà faire de grands manques.

* A propos d’artichaut, connaissez-vous Yves Le Manach et les Artichauts de Bruxelles ?

C’est épatant http://www.cridelormeau.com/pages/magazine/ecriture/Lemanach.htm,

Bon, c'est vrai, ça n'a rien à voir. ^^


Repost 0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 11:07
Ce matin, à l’école de ma minipouce, c’est la fête de carnaval. Les enfants sont invités à venir déguisés. Et ils aiment ça, les petits.

Une semaine que la mienne est sur des charbons ardents. D’abord, grande question : en quoi va-t-elle se déguiser ? Elle réfléchit. Sors des tas de trucs : en bouteille de lait ( ?), en lunettes ( ???), en loup, etc. Puis elle se décide : elle va se déguiser en clown !

Les clowns, elle les trouve beaux, mais ils lui font un peu peur. Alors, c’est parti. C’est son idée, elle n’en démordra pas. Et là, mon inquiétude se pointe. Faut dire que l’instit’ a laissé un mot dans le cahier de communication et que ça dit « En cowboy, en lapin, en princesse, … les enfants doivent venir déguisés ». Et je me dis bien que la princesse pointe son nez. Elle me sort de partout, faut dire, la princesse. Pas marre, non, d’affubler nos petites filles de robinettes rosinette à froufrou ?

Mais bon. Ma fille, préjugés à la poubelle, je veux surtout qu’elle soit heureuse, alors, je fais un nœud dans ma langue et je la laisse faire. Elle dit clown. Si le jour suivant, elle dit princesse, j’en ferai pas une histoire.

Etape au magasin des costumes. Un rayon complet de robes de princesses. Roses of course. Je regarde la minipouce, elle fait la grimace. Elle veut un costume de clown. Bon, on commence la chasse au trésor et finalement, dans un xième magasin et caché derrière les robes de princesses, un beau costume de clown (en promo, personne n’en veut). Elle est ravie. Jusqu’ici tout va bien.

On essaye les maquillages, on s’amuse bien toutes les deux, pi je vous jure, c’est le plus beau petit clown du monde.

Mais moi, je sais bien que ça va pas être si simple… Ce matin, en effet, quand on débarque dans la classe, ce qui était mille fois prévisible se passe tout naturellement. Sur vingt petites filles des trois niveaux, il y a dix-neuf princesses. Et un clown.

Je suis fière de toi, ma belle. Fière que tu tiennes, que tu coures avec les garçons qui trouvent le clown formidable parce qu’il est tout blanc de visage et qu’ils ne t’ont (presque pas) reconnue. J’ai le cœur un peu serré, parce que je ne peux pas rester avec toi et casser la gueule aux midinettes roses qui vont pas se gêner de te faire remarquer que tu n’es pas comme elles. Et je me dis, ouhlala, comment je l’élève ma gamine ! Pourvu qu’elle ne souffre pas...

Repost 0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 09:40

On disait que j’étais une mangeuse de maman. Et tout d’un coup, j’ai un petit creux.

Alors, je te mets sur une assiette, je prends une serviette, je te mets du sel et du poivre.

Et hop, je te mange tout tout tout.

 

Et tu étais trèèèèèèèèèès bonne.

Je ne vous fais pas la gestuelle et tout et tout, mais franchement : moment pur bonheur !

Repost 0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 10:14

Hier, c’était l’anniversaire de Minipouce. Pour moi, c’est le cortège des souvenirs, pas toujours faciles. L’accouchement en catastrophe, la couveuse, le retour de la maternité sans elle, les mois à l’hôpital pour nous trois… Mais c’est aussi le début de la plus belle et plus grande aventure qui me soit arrivée. Comme j’apprends tous les jours grâce à toi ! Comme j’aime mieux grâce à toi ! Comme je suis différente ! Comme notre famille est une famille (oui, je sais, mais comment dire autrement…) !

 

Tu es grande maintenant. On a eu si peur, mais tu es là, et tu nous illumine. Je t’aime, Minipouce.

Repost 0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 10:14

Minipouce, évidemment, déménagement oblige, fréquente une nouvelle école. Et que c’est dur pour un petit bout de s’intégrer à un groupe déjà formé. Et puis, ses anciennes amies lui manquent. Bref, cette semaine, ça n’allait pas fort. La maîtresse me dit qu’elle est toujours toute seule. Elle-même tire un drôle de petit minois.

 

J’essaye de parler, discuter, rien ne sort. Groumf. Pas bon signe. Et je commence à m’inquiéter sérieux. Mmoui, je sais, je devrais relativiser, c’est pas un drame d’état, mais bon.

 

Pi ce matin, coup de théâtre ou presque qui me laisse pantoise. Minipouce insiste pour mettre une jupe et bon, je me dis pourquoi pas. J’ai jamais trouvé ça pratique pour l’école, mais après tout, elle a bien le droit de s’habiller comme elle veut…

Et là : accueil unanime des petites filles ce matin, particulièrement de la part d’une petite meneuse, là, qui fait courir son monde. Minipouce acceptée par les filles parce qu’elle est en jupe ! J’ai beau avoir l’imagination qui s’emballe à chaque fois que l’on parle de sexisme et de différenciations, je n’y aurais pas pensé.

 

Et je vous jure que je lui achète une kyrielle de jupes et de robes dès demain.

Repost 0
11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 16:27

Lis-je dans le Ligueur, le « magazine belge des familles », dans le cadre du projet yapaka, dont je vous ai déjà parlé et qui se trouve ici.

C’est vrai, après tout. Mais ce n’est pas si simple. Changer, d’une maison à l’autre, d’une ville à l’autre, d’une école à l’autre, c’est tout une vie qui change. Et en tant que parent, c’est difficile d’accompagner, je trouve, tout en gardant le cap. Minipouce reprend quelques manies du bébé qu’elle était il y a si longtemps (hum). Elle pleure en me quittant le matin, pleure en quittant sa nouvelle maîtresse (un ange, je vous dis) le soir pour retrouver sa gardienne. Elle pleure pour un oui ou pour un non. Ce matin, elle a pleuré parce que dans la maison d’avant, l’ordinateur était dans le salon, maintenant il est dans notre chambre. Et je m’étonne : ce sont – à côté des grands bouleversements – les toutes petites choses qui la déconcertent…

 

Ce soir, on ira arroser les orties (ben oui, hein, il y a rien d’autre pour le moment dans le jardin) avec son nouvel arrosoir. Et cela ira peut-être un peu mieux. Et samedi, nous terminerons sa chambre, la plus jolie possible.

 

Mais en plus de cela, nous devrons parler, encore, des choses et surtout des gens que l’on quitte, même si c’est difficile, c’est la vie… C’est ça, le passage : passer d’un au revoir à un bonjour. Le cours des choses.

Repost 0
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 10:21

Bah, c’est pas bien original de parler de la rentrée quelques jours avant celle-ci, mais je crois que toutes les mamans et tous les papas ne peuvent avoir autre chose en tête aujourd’hui.

La nôtre va être un peu spéciale. Pour Minipouce, il s’agit vraiment de tout changer. École et maîtresse, amis, organisation, chambre, maison. J’étais inquiète, un peu, comme d’hab, mais je la regarde se préparer au changement, je l’écoute poser des questions et je me dis que ça va aller. Mais elle prend un petit air sérieux qui me déconcerte, étonnant  du haut de ses trois ans et demi.

Elle mélange les questions qui nous semblent des détails aux choses qui pour nous adultes ont de l’importance. Comment s’appelle la nouvelle maîtresse ? Est-elle gentille ? Jolie ? Y aura-t-il des vélos dans la cour de l’école comme dans l’autre ? Des trottinettes ? Un toboggan ? Des garçons et des filles ? Est-ce papa pourra venir me chercher à l’école parfois ? Est-ce que parfois vous pourrez venir tous les deux, papa ET maman ? Est-ce que les enfants font la sieste ? Elle est de quelle couleur, la classe ?

Cette question de la priorité et du détail, justement, est vraiment pertinente. Comme une petite chose peut tout changer pour un enfant ! Je ne suis pas de celles ou ceux qui veulent dire que le regard de l’enfant sur le monde est le plus juste. Je ne le crois pas, l’expérience aide au jugement et heureusement. Mais il y a de la poésie dans les regards des enfants, cela oui. Dans leurs petites bêtises aussi…

Et ma Minipouce, qui devient grande, de terminer notre conversation sérieuse de ce matin, d’y mettre fin, même, en me disant « Allez, on va être en retard à la gymnastique. Et cette fois, n’oublie pas ton manteau ou tu vas encore avoir froid ». J’en suis restée pantoise.

Repost 0
20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 09:50

Le mercredi, j’écris souvent une bafouille à propos de toi, de moi, de ton père, de la façon dont on s’en sort tous les trois. Pfiout. Pas facile le métier de parent.

Aujourd’hui, tu es chez ta grand-mère. Depuis quelques jours et pour encore quelques jours. Je déteste les vacances.

Mais cela me donne l’occasion de réfléchir. De prendre du recul par rapport aux pratiques que nous avons au quotidien et auxquelles, non, avec la meilleure volonté du monde, nous n’avons pas le temps de penser…

Je pense à tes « caprices ». Au non qui semble être le mot le plus souvent prononcé entre nous ces temps-ci. De ta part comme de la mienne. Non.

Je me fais l’effet d’un garde-chiourme.

Par peur, sûrement. Parce que ceux qui nous précèdent tout juste ont dit très souvent oui, qu’on a parlé d’enfant roi, d’enfant dieu, de la nécessité des repères et hop, j’ai braqué un bon coup, avant même que t’arrives. Comme si quelque chose dans mon statut d’adulte était en danger. Et c’est vrai, après tout, quoi de plus fort qu’un enfant ?

Je ne vais pas changer du jour au lendemain. Je ne deviendrai pas béni-oui-oui tout de suite. Ce ne serait d’ailleurs pas bien non plus. Mais quand tu vas rentrer, promis, je m’assieds à côté de toi et je t’écoute. Minipouce.

Repost 0
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 18:28

Mariléti parlait de ses filles et des conversations téléphoniques. Comme je l'envie ! Car la mienne, de fille, est intraitable. Puisqu'elle est en vacances chez ses grands-parents et qu'on n'a pas voulu, papa et moi, l'accompagner, elle ne nous parlera pas au téléphone. Non.

Elle a fait la même chose quand son père est parti chez des amis quelques jours, me disant, le minois renfrogné : s'il veut me parler il n'a qu'à revenir. Et toc.

 

Pas la peine de supplier ou de tenter d'attendrir. C'est comme ça, point. Aujourd'hui, elle a quand même dit à ma mère  "dis à maman que je m'amuse. Et qu'elle me manque."

Mais téléphoner, niet. Tant pis pour mon cœur en rade.

 

Bouhou, Mariléti, moi non plus, va, j'aime pas Juillet.

 

PS : Mais je vais au ciné, ce soir. Si !

Repost 0