Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bienvenue !






Si vous voulez m'écrire au sujet d'un article de ce blog
ou
m'envoyer un manuscrit


filleke.blog@hotmail.com
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 10:53

Je sais, je sais, vous n’aimez pas beaucoup ma rubrique des livres Pouah. Mais bon, même si il y a des tonnes de livres que l’on pourrait classer là-dedans, je n’en ai pas encore "dénoncé" beaucoup…

 

Mais quand même, cela fait partie de notre travail de lecteur acharné de dire – aussi – quand c’est mauvais. 

 

Et hop, mon piti coup de gueule de la journée.

 

Connaissez-vous Patrice Leconte ? Vi, le cinéaste. Et maintenant… romancier. Un premier roman, qui – au vu du succès – ne sera probablement pas le dernier. A moins que ? Une prise de conscience subite ?

 

Je passe même outre le fait de classer les femmes (cheveux courts, cheveux longs est moins grossier que petits ou gros seins ? ), parce qu’après tout, hein, il ne s’agit pas de l’auteur mais de son personnage et s’il a envie de poser ses critères séduction là, le gamin…

 

A part ça : l’histoire est bateau. Cela vous casse le moral si je vous dis qu’il va la rencontrer, sa fille aux cheveux courts, tomber amoureux et happy end ? (Zut, j'ai raconté la fin...)

 

Moins pardonnable : l’écriture est nullissime. Enfin, pas mauvaise, ce qui est peut avoir une forme, une cogne, quelque chose, quoi… Non, juste zéro. Rien. Nada. Une petite rédaction et encore, j’en ai vu de meilleures.

 

Bref, et excusez l’expression, de la littérature de chiottes. Et moi, comme Henry Miller, je ne lis pas aux cabinets.

(Celui-là, par contre, je vous le conseille si pas déjà lu : Henri Miller, Lire aux cabinets, Editions Allia, 2000).

 

Patrice Leconte, Les femmes aux cheveux courts, Albin Michel, 2009


 


Repost 0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 13:16

Très fatiguée ce weekend, j'ai décidé de faire une lecture de ce que je savais être un mauvais livre. Bon, pas vraiment mauvais, mais un peu Pouah. Et quand un livre n'est pas très bon, il est forcément mauvais, non ?

 

Donc, Ensemble c'est tout, c'est de la littérature de midinette, avec des histoires de bons sentiments tout plein, un petit peu de famille, beaucoup d'amour et romance, des pleurs, des larmes, des petits conflits mais qui finissent bien. Voilà. 573 pages tout de même de ça, oui, oui, lu en quelques heures parce que c'est tellement insignifiant qu'on passe des pages. Ben oui.

 

Et un côté agaçant en plus, c'est que l'auteur étoffe un récit insipide par de grands encarts historiques ou d'histoire de l'Art. Comme ça, ça fait un peu intello. Moi, je saute, j'aime pas ça quand on mélange les genres.

 

Je sais, je suis difficile. Mais tout le monde l'aime bien, non, Anna Gavalda ? Alors, j'ai bien le droit de l'égratigner un petit peu. Puis, il y en a, des histoires de midinettes qui sont quand même bien foutues.

Là, non, hein. Cela manque copieusement d'abdos.

 

Bref, lisez pas, sauf si comme moi, vous avez déjà mal à la tête avant de commencer.

PS : A noter cependant que ce n'est même pas un bon remède...
PS bis : J'ai pas vu le film... attendez, ne me dites pas... Pouah ?

Repost 0